Conséquences familiales

L’alcoolisme est au départ un problème individuel mais devient vite un problème familial. Un climat de méfiance, d’insécurité et d’angoisse apparaît avec les problèmes d’alcool. L’alcoolisme est une maladie à part entière, dont la souffrance est contagieuse au sein de l’entourage.

Conflits

De nombreuses disputent éclatent dans la sphère familiale à cause de l’alcool. L’alcoolique a un désintérêt progressif pour sa famille. Il a aussi un sentiment de honte ou d’abandon de son entourage.

Souvent, il réfute ou minimise sa maladie. Les angoisses et les tensions qui apparaissent entraînent des conflits. La problématique est d’autant plus complexe qu’elle concerne un membre de la famille, qu’on ne peut isoler et laisser pour compte. Cette situation fragilise toutes les relations au sein de la famille.

Maltraitance

La maltraitance est un comportement brutal et violent envers un être faible, dépendant ou subordonné. Les enfants vivant auprès d’alcoolodépendants sont fréquemment victimes de maltraitance. Celle-ci peut être physique, verbale ou encore due à une inattention et un manque d’intérêt pour l’enfant qui est livré à lui-même. Cette négligence peut toucher plusieurs domaines : alimentation, habillement, hygiène, éducation, soins médicaux,… Dans tous les cas ces carences auront un fort impact négatif sur l’enfant et son développement.

Agressivité

L'alcool serait un facteur déterminant pour les délits associés aux levées d'inhibition, comme des conduites instinctives (violence sexuelle et violence physique). L’alcool libère à la fois les comportements agressifs et provocateurs. Cette agressivité peut être sous forme physique ou verbale, et dirigé vers n’importe quel membre de la famille.

Manque de communication

L’alcool diminue la capacité d’analyse des éléments et situations. Le malade alcoolodépendant est dans l'incapacité de comprendre les états mentaux des autres. Son manque de sens de l'humour peut affecter les compétences sociales et les relations inter-personnelles. Une communication « normale » est donc impossible.

Passivité

L’alcoolodépendant n’a plus de motivation. Il se laisse vivre, devient passif et dépendant face à l’entourage. Il se néglige (hygiène, vêtements, aspect physique, bonnes manières,…) et ne participe plus aux activités familiales. Il n’assure plus non plus les tâches quotidiennes incombant à la bonne marche du foyer. D’autres doivent le faire à sa place.

Violence

L'alcool fait tomber les inhibitions et peut favoriser les échanges « musclés ». Le conjoint est particulièrement exposé aux faits de violence, du fait des reproches formulés à destination du buveur excessif. Ces violences intrafamiliales sont très fréquentes chez l’alcoolique. Tous les membres de la famille en souffrent, conjoints comme enfants. Cette violence peut tant bien être physique que verbale. Les proches sont tiraillés entre le fait de dénoncer cette violence à la police ou se taire pour protéger l’alcoolodépendant. Laisser faire est pourtant la solution la moins adaptée pour espérer un changement de comportement et une prise de conscience.

Co-alcoolisme

Le conjoint et les enfants vivent un grand sentiment de culpabilité. Ils reprennent espoir lorsque la consommation diminue. Le désespoir revient lorsque celle-ci augmente. A cela s’ajoute la peur du mal que l’alcoolodépendant peut se faire à lui-même ou aux autres. On appelle les personnes qui vivent à proximité d’un alcoolodépendant ou qui partagent son quotidien des co-alcooliques. Même sans boire, ils développent souvent des troubles psychologiques. Le co-alcoolisme se met en place progressivement. Il existe également en milieu professionnel, lorsqu’un collègue rempli les tâches de l’alcoolique à sa place ou ne dénonce pas la piètre qualité de son travail. Le fait d’accepter et de « couvrir » l’individu dépendant de l’alcool est du co-alcoolisme. Cela contribue souvent plus à maintenir l’alcoolodépendant dans son état qu’à l’aider car il n’est pas mis face à ses responsabilités.

Alcool et couple

La majorité des couples où il y a un problème d’alcool se disent insatisfaits de leur relation. Des difficultés émotionnelles individuelles et de communication sont souvent rapportées par les deux membres des couples où un alcoolique est présent. L’alcoolisme mène bien souvent à une séparation ou un divorce.

 

0
0
0
s2smodern