Le combat de Juliette Boudre après l'overdose de son fils

Elle a perdu son fils de 18 ans à cause d’une overdose d’anxiolytiques et d’opiacés. Dans le livre « Maman, ne me laisse pas m’endormir », elle raconte.

Une descente aux enfers. C’est ce qu’a vécu le jeune Joseph Boudre à cause de son addiction aux opiacés et aux anxiolytiques, qui a fini par le tuer. Un dépérissement aussi vécu par son entourage proche dont sa mère. Aujourd’hui, Juliette Boudre partage cette expérience douloureuse dans un livre, "Maman ne me laisse pas m’endormir".

Un calvaire familial

Pour Jospeh Boudre, le chemin qui mène aux anxiolytiques a débuté par celui du cannabis qu’il a fumé depuis qu’il était très jeune. C’est une crise d’angoisse, déclenchée après un joint, qui est à l’origine de sa première prise de Xanax. Peu après, le jeune homme prend de plus en plus de ces anxiolytiques et développe une addiction.

Avec l’addiction vient le changement d’attitude. "Il ne marche plus normalement, ne parle plus normalement, il est très irascible, il est épuisé parce qu’il ne dort pas du tout […] il est mal en fait", décrit Juliette Boudre. Un mal-être qui le pousse par tous les moyens à consommer alors que sa mère tente de faire barrage de plein de manières différentes. Cependant, les thérapies, les cures et le soutien de sa mère n’y font rien. "J’ai fait ce que j’ai pu et finalement ça ne l’a pas lâché et il a recommencé", se désespère-t-elle

Finalement, l’addiction de Joseph aux médicament sera plus forte puisqu’il succombe à une overdose de Fentanyl alors qu’il cherchait à se procurer un dérivé morphinique. Il est retrouvé inconscient dans l’appartement de sa grand-mère et réanimé par les pompiers. Juliette Boudre arrivera tout de même à le voir avant qu’il ne décède.

Un témoignage pour alarmer

À l’heure où les décès liés à la consommation d’opïodes augmentent en Europe, Juliette Boudre souhaite plus que jamais tirer la sonnette d’alarme et éclairer le public sur les inconvénients liés à leur usage. Selon elle, il faudrait "réfléchir avant de se faire prescrire des médicaments parce que ça peut avoir une issue très dangereuse et très grave".

Depuis le décès de son fils, cette mère se bat pour faire connaître les circonstances de la mort de son fils au plus grand nombre. "Comme ce sont des produits dangereux, à cause de l’addiction qui peut être extrêmement forte, ça peut arriver à beaucoup d’autres", explique Juliette. Elle aimerait aussi que les plus jeunes soient informés et aient "peur parce que ça mène à la mort".

Vidéo
0
0
0
s2smodern